L’huile de soja : un coup d’arrêt à la remontée des prix du pétrole ?

Au cours des 15 dernières années, les fluctuations des prix de l’huile de soja ont souvent précédé celles des prix du pétrole brut, un phénomène sans doute lié aux directives réglementaires imposant l’utilisation de biocarburants dans 65 pays et à la taille relativement petite du marché des huiles végétales par rapport à celui du pétrole brut.D’après nos calculs, il y a eu une douzaine d’épisodes majeurs de pic ou de creux des prix de l’huile de soja avant ceux du pétrole brut au cours des 15 dernières années (voir la liste ci-dessous).

Les prix de l’huile de soja ont atteint un pic le 6 février de cette année et ont depuis chuté de 14 %.Au cours de la même période, les prix du pétrole brut West Texas Intermediate (WTI) ont augmenté de 14 %.Si l’on en croit les cycles précédents, la remontée actuelle des prix du pétrole brut pourrait mal finir.En fait, cette remontée a atteint son plus haut niveau (pour l’instant) le 23 avril 2019.En effet, les déterminants économiques du marché du pétrole brut restent dominés par les nouveaux gains d’efficacité des véhicules et l’envolée de la production américaine.Ces deux facteurs sont défavorables au pétrole brut.

Figure 1: Les prix d’huile de soja sont souvent des indicateurs avancés des prix du pétrole brut

Articles connexes :

S’il y a quelque chose qui pourrait rendre les prix de l’huile de soja inefficaces en tant qu’indicateur avancé des prix du pétrole brut à l’avenir, c’est la politique.Face à des sanctions américaines plus strictes, l’Iran ne respectera pas certaines parties du « Joint Comprehensive Plan of Action » (JCPOA) [Plan d'action conjoint exhaustif], connu sous le nom d’accord sur le nucléaire iranien.De plus, les États-Unis ont accusé l’Iran (membre de l’OPEP) de constituer une menace pour les forces américaines en Iraq et ailleurs au Moyen-Orient, et ont envoyé le groupe aéronaval d’un porte-avions dans la région.

Outre la situation iranienne, l’Algérie, un autre grand producteur de pétrole, tente de négocier une passation de pouvoir pacifique après l’abdication du président Bouteflika le mois dernier.Pendant ce temps, la situation au Venezuela reste aussi chaotique, après l’échec de la tentative du leader de l’opposition Juan Guaido de remplacer au pouvoir le président Nicolas Maduro.

Par le passé, une telle escalade de tensions a conduit à une remontée des prix du pétrole brut au-delà des niveaux suggérés par ceux de l’huile de soja pendant plusieurs mois ou même des années.Ça a été le cas en 2013 et pendant la plus grande partie de 2014, lorsque les prix de l’huile végétale se sont effondrés mais que les conséquences du printemps arabe et du problème nucléaire iranien ont maintenu les prix du pétrole brut à un niveau élevé.Fin 2014, au début des négociations en vue de l’accord sur le nucléaire iranien, l’Arabie Saoudite a décidé d’arrêter de soutenir les prix du pétrole, ce qui a conduit à un effondrement de 76 % des prix du WTI au cours des 15 mois suivants.Une divergence similaire entre les prix du pétrole brut et ceux de l’huile végétale s’est produite au 2e et au 3e trimestre 2018, quand les États-Unis se sont initialement retirés de l’accord sur le nucléaire iranien.Les prix du pétrole brut ont ignoré un déclin de 20 % des prix de l’huile de soja au cours du printemps et de l’été, avant de chuter de 40 % au 4e trimestre.

Voici une liste des épisodes précédents :

  1. De janvier 2005 à août 2006, les prix du pétrole brut WTI ont presque doublé, passant de 43 $ à 77 $ le baril.Les prix de l’huile de soja n’ont pas vraiment réagi à cette hausse : ils ont atteint un pic à 27,54 cents d’US$ par livre début juillet 2006, avant de baisser d’environ 10 % avant le pic du WTI le mois suivant.Les prix du WTI ont chuté de 77 $ à 51 $ en janvier 2007, rattrapant ceux de l’huile de soja à la baisse.
  2. Pendant que les prix du pétrole brut chutaient pour atteindre les prix de l’huile de soja, ces derniers atteignaient leur plus bas niveau en novembre 2006 (deux mois avant le point bas des prix du pétrole brut), et commençaient à rebondir fortement de 23,58 à 71,26cents d’US$ en mars 2008.Les prix du WTI ont attendu deux mois pour rattraper cette énorme remontée, et sont passés de 51 $ en janvier 2007 à 147 $ en juillet 2008.
  3. Après avoir atteint un sommet en mars 2008, les prix de l’huile de soja ont donné un coup d’arrêt à ceux du pétrole brut toujours en hausse.Les prix de l’huile de soja ont baissé de 71 cents d’US$ à 48 cents d’US$ : une chute de plus de 30 %, avant de rebondir à 68 cents d’US$ le 16 juin 2008.Même ce second pic à un niveau plus bas des prix de l’huile de soja s’est produit pratiquement un mois avant le pic du pétrole brut à 147 $ le 11 juillet 2008.Au moment où le WTI atteignait son record historique, les prix de l’huile de soja avaient baissé de 5 % par rapport à leur pic de juin et de presque 10 % par rapport à leur record historique de mars 2008.
  4. Au cours de la crise financière, les prix de l’huile de soja se sont effondrés à 28 cents d’US$ le 5 décembre 2008, avant d’enregistrer une remontée en fin d’année.Par contre, les prix du pétrole brut n’ont atteint leur plus bas niveau que trois semaines après, le 24 décembre 2008, à 35,35 $.En 2009 et 2010, lors du redressement des deux marchés, les prix de l’huile de soja ont à nouveau devancé ceux du pétrole brut lors de tous les petits zigzags à la hausse.
  5. Les prix de l’huile de soja ont atteint un sommet le 3 février 2011 un peu au-dessous de 60 cents d’US$, plus de deux fois leur plus bas niveau de fin 2008.Les prix du WTI ont atteint leur pic seulement presque trois mois après, atteignant 114 $ le 29 avril 2011.
  6. C’est à ce moment-là que l’huile de soja et le WTI ont commencé à fortement diverger.Suite au printemps arabe, l’inquiétude liée aux risques géopolitiques a fait que les prix du WTI et des autres produits pétroliers ne se sont pas écartés de plus de 25 % de leurs pics de 2011 au cours des trois ans et demi suivants.Les prix de l’huile de soja, par contre, avaient chuté de 40 % par rapport à leur pic de 2011 en 2014, et après un bref rebond, ont recommencé à s’effondrer au cours de l’été 2014, jusqu’à atteindre environ la moitié de leur niveau d’avril 2011.Cette chute annonçait l’effondrement des prix du pétrole brut de fin 2014, qui a finalement poussé le WTI à un plus bas de 26 $.
  7. Une fois encore, les prix de l’huile de soja ont atteint leur plus bas niveau les premiers, atteignant un creux de 25 cents d’US$ en août 2015 : une chute de 60 % par rapport au pic d’avril 2011.Les prix du WTI ont atteint un creux en février 2016 (six mois plus tard) à 26 $ par baril, une chute de plus de 75 % par rapport au pic local de 2011.
  8. Au moment où le pétrole brut atteignait un creux le 11 février 2016, les prix de l’huile de soja avaient remonté de plus de 20 % par rapport à leur plus bas niveau.Ils ont atteint un pic local de 41 cents d’US$ le 19 avril 2016 : un gain de plus de 60 % par rapport au creux.Les prix du pétrole brut les ont suivis à la hausse, mais ont atteint un sommet seulement presque deux mois après, le 8 juin 2016, à un peu plus de 50 $, une hausse de près de 100 % par rapport à leur plus bas niveau.
  9. Lorsque les prix du pétrole brut ont atteint leur pic local de 51 $ le 8 juin, les prix de l’huile de soja avaient déjà baissé de 12 % et ont finalement atteint un creux le 22 juillet 2016, à 29 cents d’US$.Les prix du WTI atteignaient leur point bas deux semaines plus tard le 2 août 2016, à 39 $.
  10. Les prix de l’huile de soja ont atteint un sommet à 37 cents d’US$ le 27 décembre 2016, et le 11 avril 2017, avaient chuté à environ 31 cents d’US$.Pendant ce temps, les prix du WTI étaient stables à environ 54 $ entre le 12 décembre 2016 et le 7 mars 2017, avant d’enregistrer finalement une correction à la baisse pour atteindre 43 $ le 22 juin 2017, environ trois mois après le creux des prix l’huile de soja.
  11. Les prix de l’huile de soja ont atteint un sommet à 35 cents d’US$ le 9 novembre 2017, avant de baisser à 27 cents d’US$ les 18 septembre puis 26 novembre 2018.Soutenus par des craintes d’escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran, les prix du WTI ont continué à augmenter jusqu’au 3 octobre 2018, à 77 $, avant de chuter à 43 $ le 24 décembre 2018.
  12. Les prix de l’huile de soja ont enregistré une nouvelle hausse de 27 à 31 cents d’US$ entre le 26 novembre 2018 et le 6 février 2019, anticipant le rebond du WTI de 43 $ la veille de Noël à un record (jusqu’ici) de 66 $ le 23 avril.
  13. Les prix de l’huile de soja sont retombés à 27 cents d’US$ par rapport à leur pic de 31 cents d’US$ en février.Bien que le pétrole n’ait pas encore dépassé son pic de 66 $ au moment nous rédigeons cet article, il reste difficile de savoir s’il suivra l’huile de soja à la baisse.Cela pourrait dépendre d’événements au Moyen-Orient et ailleurs.

Conclusion

  • Les fluctuations des prix de l’huile de soja devancent souvent celles des prix du pétrole brut.
  • La baisse récente des prix de l’huile de soja pourrait annoncer une chute de ceux du pétrole brut.
  • Une augmentation des tensions politiques au Moyen-Orient et ailleurs pourrait amener le pétrole brut à défier la tendance baissière des prix de l’huile de soja.

 

All examples in this report are hypothetical interpretations of situations and are used for explanation purposes only. The views in this report reflect solely those of the author(s) and not necessarily those of CME Group or its affiliated institutions. This report and the information herein should not be considered investment advice or the results of actual market experience.

Au sujet de l'auteur

Erik Norland est Directeur Général et Économiste Senior de CME Group. Il est responsable de l'analyse économique des marchés financiers mondiaux, en identifiant les tendances émergentes, en évaluant les facteurs économiques et en prévoyant l'impact qu'ils auront sur CME Group et la stratégie commerciale de la société, et sur ceux qui négocient dans ses divers marchés. Il est également l'un des porte-paroles de CME Group en ce qui concerne les conditions financières ou géopolitiques mondiales.

Voir plus de rapports de Erik Norland, Directeur Général et Économiste Senior de CME Group.

Options Agricoles

Les options sur produits agricoles offrent la flexibilité d’une gestion du risque efficace, et permettent d’exécuter des stratégies de volatilité ou « event-driven ».Notre portefeuille d’instruments Céréales, Oléagineux, Bétail et Produits laitiers offre un éventail de possibilités allant des options simples aux spreads.

Commencer à négocier